"Valorisation" réelle du latin et du grec dans le nouveau bac

  • Lynett
  • Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 6 mois 1 semaine #1776 par Lynett
Bonjour à chacune et à chacun,

j'aimerais apporter ici des éléments factuels et récents concernant la réforme du bac au sujet du latin et du grec.

En début d'année scolaire 2018-2019, j'ai "harcelé" le Ministère de l'Education Nationale pour obtenir un certain nombre de réponses à des questions très précises relatives au latin et au grec, car mon fils de 15 ans qui débutait sa seconde et "essuiera donc les plâtres" de cette réforme voulait savoir de quoi il retournait.
Mais il s'est avéré que, même au plus au sommet de la hiérarchie, la navigation se faisait "à vue".
J'ai en effet fini par recevoir un mail le 19 novembre dernier, de la personne du ministère qui était chargée de rédiger les textes relatifs aux options dans le cadre du nouveau bac. Je ne pouvais donc avoir meilleur interlocuteur ! Pourtant aucune réponse précise ne m'a été apportée ! Uniquement des généralités. Jugez vous-mêmes :

"Madame,
En réponse à votre courriel ci-dessous, je vous prie de noter les éléments suivants :
- Toutes les options que votre fils choisira lors de sa scolarité seront évaluées par les enseignants et trouveront leur place dans les bulletins scolaires et dans le livret scolaire du lycée : ces évaluations (notes et appréciations) pourront être ainsi valorisées notamment dans le cadre de sa poursuite d’études supérieures ;
- Au moment du baccalauréat et en application du code de l’éducation, le latin et le grec seront pris en compte dans les conditions prévues par le réglementation, qui seront précisées ultérieurement, conformément au calendrier de mise en œuvre progressive de la réforme.
Bien cordialement,"

Mes questions étaient pourtant simples puisqu'il s'agissait d'éclaircir certaines zones d'ombre de l'arrêté principal du 16 juillet 2018.
- latin et grec seraient-ils cumulables entre eux au niveau des points ? Ce n'était pas clair : le texte précisait que les enseignements seraient cumulables mais pas forcément leurs notes. (il faut lire toutes les petites notes de renvoi).
- latin et grec seraient-ils cumulables à l'enseignement optionnel de Tale à choisir parmi les 3 présentés en Tale (Math expertes, Math. complémentaires et..droit et enjeux du monde contemporain) ? Cela encore n'était pas clair puisque le texte de juillet ainsi que les infographies parues à la rentrée précisaient "une option max en classe de 1ère et 2 options au maximum en classe de Tale"
- comment cette valorisation serait-elle réalisée ?

Mais voici maintenant le résultat des calculs de simulation suite à la parution au BO du 25 janvier (ou 7 février ?) dernier de la valorisation des options latin et grec dans le cadre du nouveau bac :
Un élève qui obtiendrait 20/20 de moyenne sur l'ensemble de ses deux années de 1ère et de Tale, en latin ET en grec (ce qui est peu probable), verrait sa note finale de baccalauréat n'être valorisée que d'UN SEUL POINT !!!!!!!
Un misérable point pour plus de 600 heures de cours en lycée dédiées au latin et au grec, sans compter les innombrables heures de travail personnel que cela représente...ni même toutes les heures de collège...
Car si les points au-dessus de 10 dans chacune de ces options (seules options d'ailleurs à pouvoir être conjointement cumulées à une autre) seront bien multipliés par 3, il faut savoir qu'ils ne viendront valoriser que la moyenne générale des bulletins scolaires de 1ère et de Tale qui, à son tour, n'entrera qu'à hauteur de 10% de la note finale.

L'annonce du Ministre relative à "la valorisation exemplaire des langues anciennes, socle de notre culture et de notre civilisation" relève donc de l'esbroufe ni plus ni moins. Et pourtant, j'ai un certain respect pour Monsieur Blanquer !

Bilan des courses :
mon fils qui, en 3è, faisait un double cursus avancé anglais euro LV1 -allemand euro LV1, italien LV2, latin et grec, a continué en 2de son cursus bilangue LV1 anglais-allemand dans une section "allemand euro", a dû arrêter l'italien pour pouvoir continuer le latin et a choisi de poursuivre le grec par le CNED.
Mais sachant que suite à toute une série de dysfonctionnements, il n'a reçu ses cours de grec du CNED que mi-janvier...quand l'annonce officielle de la valorisation est parue au BO, sa démotivation fut TOTALE ! D'autant plus que les cours du CNED sont d'un excellent niveau et que s'y "frotter" seul après seulement 1h/semaine d'initiation en 3è relève du défi quand on a un planning déjà bien chargé par ailleurs.
Il a donc ouvert ses cours à reculons car la direction du lycée lui a demandé de renvoyer malgré tout un certain nombre de devoirs au CNED d'ici mi-mai.
Pourtant c'est lui qui voulait continuer cette discipline : il aime beaucoup la mythologie grecque. Et sur les plans de l'étymologie, de la grammaire, de la syntaxe, cet apprentissage "fait sens" avec toutes ses autres disciplines littéraires et linguistiques (notamment le latin, l'allemand et le français).
Mais aujourd'hui, il a clairement annoncé qu'une "valorisation aussi mesquine des efforts fournis ne méritait pas sa réinscription en grec en classe de 1ère".
Sincèrement je le comprends même si je le déplore également.
Certains diront qu'il faut s'évader de la culture de la note et mesurer tout ce que cela apporte par ailleurs. Je suis la première à ajouter qu'à l'heure où le niveau de culture générale des jeunes est en chute libre, s'intéresser aux LCA est un véritable bonus mais ici, il faut reconnaître que l'incohérence est totale.
Etudier pour le plaisir, d'accord. Quand on a du temps. Mais étudier avec des contraintes horaires importantes en sachant que la valorisation sera "minusculissime", pis encore, qu'on risque d'avoir une mauvaise appréciation sur son bulletin terminal si on ne renvoie pas tous ses devoirs dans les temps (car bien évidemment, il faut poursuivre avec le CNED ! Or, suivre des cours de grec avec le CNED, c'est autre chose que suivre des cours dans le cadre d'un face-à-face avec un professeur !)...cela devient (très) difficile.
A la limite, si mon garçon s'orientait vers un cursus littéraire, pourquoi pas ? Mais il s'oriente vers une filière purement scientifique. Il va toutefois conserver le latin jusqu'au bout. Mais même là, savoir que ses 3 heures de latin seront moins valorisées que les heures de langues vivantes étrangères...et mettre ces 3 heures hebdomadaires (voire 6 heures si cumul avec le grec), en regard des 4h hebdo de philo, uniquement en terminale, qui elles, seront pourtant dotées d'un coefficient 8 dans l'épreuve finale comptant elle, pour 60 % de la note, c'est....pour le moins surprenant et décourageant pour les LCA !

Tout ceci est bien regrettable.
J'avais un fils ultra motivé qui, aujourd'hui, ne veut plus entendre parler de tout ceci. Quand vous saurez en outre, que sa prof de latin est d'un niveau d'exigence digne des classes prépas littéraires et note ainsi de façon extrêmement sévère, vous comprenez que s'il n'avait pas un intérêt pour la discipline en elle-même, il déciderait d'arrêter également le latin...

Evidemment, j'ai fait remonter tout ceci à qui veut l'entendre mais j'ai bien l'impression que certains au ministère, sont atteints de surdité sélective.

Quelle gabegie humaine (si j'ose dire) !

Bonne continuation !
En espérant de tout coeur que les LCA ne finiront pas par disparaitre purement et simplement des programmes...
L'article que j'ai lu sur ce site ce soir, relatif à la baisse du nombre de postes au CAPES ad hoc, n'est pas de bon augure...
Et quand on réalise que même des diplômés de niveau Bac+4 ou +5 ( même parmi les enseignants !) ne comprennent plus certains mots de vocabulaire, appartenant pourtant à un champ lexical non "discriminant", cela est inquiétant.
Il nous faut donc focaliser notre attention sur ceux qui souhaitent apprendre, et BIEN apprendre !
Haut les coeurs !

Lynett

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 mois 1 semaine #1777 par Loys
Votre témoignage illustre assez bien l'objectif de la réforme : non pas supprimer directement les options, mais décourager les bonnes volontés.

Connexion pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.149 secondes
Propulsé par Kunena