Témoignage d'une élève de 4ème

Plus d'informations
il y a 4 ans 3 mois #1030 par Emilie
L'année dernière, au mois de mai, avant de l'annonce de la réforme, j'étais une élève joyeuse, souriante, heureuse de se lever le matin pour aller au collège.
Une élève qui en fin de sixième a coché une case qui allait changer ses années de collège. Une élève qui sur les conseils de sa prof d’histoire-géographie a décidé de commencer le latin, puis par conséquent le grec en quatrième.
Une élève qui ne pensait pas que le ministère allait, ni même pouvait, supprimer, détruire, anéantir les langues anciennes, simplement en signant le décret d’application de cette réforme du collège.
Maintenant, je suis en quatrième, et je suis de plus en plus déprimée. J’ai commencé l’année hyper motivée, je commençais le grec, c’était ma deuxième année de latin, j'étais super contente. Mais je n'arrivais pas à oublier ce qui se passait depuis le mois de mai, cette réforme qui signait la fin des langues anciennes, la fin de ce qui m'intéresse, de ce que j'aime.
Au fil des jours, des mois, j’ai l’impression d’être entrée dans un monde sans retour. Un monde où j’avance malgré moi, un monde qui m’entraîne sans que je le veuille vers ce jour qui signera la fin de ma vie comme elle l’est actuellement, et le début d’une nouvelle période de ma vie.
Le début d'une période où je me lèverai le matin, j'irai en cours sans motivation quelconque travailler dans des enseignements interdisciplinaires avec le numérique, et je rentrerai et je me coucherai le soir, sans vraiment avoir appris quoi que ce soit de nouveau, ou alors bien peu par rapport à avant, sur les maigres horaires d'enseignement disciplinaire qui nous resteront. Le début d'une vie de robot, d'automate, qui enchaîne les journées sans motivation, sans intérêt, sans objectif.
Je ne peux plus aller en cours de latin ou de grec, sans penser que l’année prochaine, les langues anciennes disparaîtront, comme effacées, brutalement arrachées, dans le silence et l’indifférence générale.
Je pense à mes profs de latin et de grec, qui nous ont expliqué ça, en mai, les larmes aux yeux, qui nous informent au fur et à mesure de l'avancée pour notre collège, dégoûtées. Je pense aux autres profs de lettres classiques qui se battent depuis des mois pour pouvoir continuer à enseigner leur discipline. Je suis de tout coeur avec eux.
Non à la réforme du collège ! Non à la disparition des langues anciennes ! Latiniste, helléniste et fière de l'être !

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 3 mois #1031 par Emilie
Réponse de Emilie sur le sujet Témoignage d'une élève de 4ème
Le ministère dit que les élèves s'ennuient, mais visiblement il ne sait pas de quoi il parle. Beaucoup de latinistes sont volontaires et motivés ! Et certains élèves eux aussi se mobilisent contre la réforme.
[url=http://]lareformevuedeseleves.blogspot.com[/url]

Connexion pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.178 secondes
Propulsé par Kunena