A en perdre son latin

Plus d'informations
il y a 4 ans 6 mois #867 par sratti
A en perdre son latin a été créé par sratti
Chers collègues,
À paraître le 21 novembre 2015 :

Éditions Universitaires de Dijon (EUD)
eud.u-bourgogne.fr/
Collection « Essais »
70 pages

par Stéphane RATTI
Titre : À en perdre son latin

Auteur :
Stéphane Ratti a été Professeur de langue et littérature latines à l’Université de Dijon. Il est aujourd’hui Professeur d’Histoire de l’Antiquité tardive à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté. Il est l’auteur d’une centaine d’articles parus en France et à l’étranger et de plusieurs ouvrages sur l’Antiquité romaine. Le dernier en date, Polémiques entre païens et chrétiens, Les Belles Lettres, 2012, est consacré aux relations entre païens et chrétiens dans l’Antiquité tardive.

Sujet de l’ouvrage :
Le latin est victime avec la réforme des collèges de 2015 de l’une des plus graves attaques qu’il ait jamais subies. Le tableau de la situation faite aux langues anciennes est noir. Va-t-on vers la disparition pure et simple des humanités classiques ? Face à l’urgence, les réactions médiatiques et politiques se multiplient. Quelles sont les raisons secrètes de la réforme ? L’enjeu, évidemment politique, paraît bien être le modèle de citoyenneté qui nous est imposé.
La spécificité de l’histoire du latin et le legs antique doivent être analysés en relation avec les grandes questions qui se posent à nous. Que devons-nous à la littérature latine ? Comment la littérature latine chrétienne a-t-elle infléchi l’histoire naissante de l’Europe ? Quelle place l’histoire du christianisme doit-elle avoir à l’école ? En quoi le latin, jusque dans l’Antiquité tardive, a-t-il façonné notre vision de la civilisation ?

Intérêt de l’ouvrage :
En deux parties, l’ouvrage présente tout d’abord un tableau des réactions (négatives) à la réforme du collège annoncé en 2015 et à l’appauvrissement de l’enseignement des langues anciennes. Il propose ensuite un plaidoyer en faveur du latin. Il replace le legs irremplaçable de cette langue dans la longue perspective de l’histoire de l’Antiquité, de celle du christianisme et de l’Europe. Il dénonce avec une vraie liberté de pensée, dans une écriture simple et claire, le projet politique qui se dissimule sous cette réforme.

Connexion pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.193 secondes
Propulsé par Kunena