27 février 2020

Sur le site de France Inter, à propos d'une note de l'IGÉSR, datée de janvier 2020, présentée lors du dernier comité de suivi de la réforme du lycée : "La réforme du BAC épinglée par l'inspection générale de l'Éducation nationale".

Extrait à propos des nouvelles options en terminale :

Beaucoup d'élèves vont abandonner la spécialité mathématiques, jugée trop difficile, et demander l'option mathématiques complémentaires pour garder un niveau suffisant pour leurs études par la suite. D'autres lycéens au profil scientifique vont choisir le module "mathématiques expertes". Selon la note, "cette forte demande pose la question des moyens pour ouvrir ces options incontournables". 

Dans ce contexte de choix contraint, certaines options plus traditionnelles seront sacrifiées. Les arts, la 3e langue vivante, le latin ou le grec, risquent de ne plus pouvoir être financées, écrivent les inspecteurs généraux. 

Un appauvrissement de l'offre d'enseignement. C'est exactement ce que redoutent les syndicats qui alertent le ministère depuis plusieurs mois.

Edit : extrait de la note de l'IGÉSR :

Enfin reste la question du sort qui sera fait, dans ce contexte de choix contraint, aux options plus traditionnelles comme les options d’art, de langue vivante 3 ou encore de langues anciennes. Ces options – dont certaines portent l’identité de l’établissement – risquent de ne plus pouvoir être financées.

26 novembre 2019

20191125 ouestfrance

Preuve du "nouvel élan" des langues anciennes : "Académie de Nantes : l’option latin proposée à distance entre deux lycées privés" sur "AEF Info" (abonnés) ou sur "Ouest France" (abonnés) du 25 novembre 2019 : "De Nantes à Châteaubriant, ces élèves apprennent le latin à distance"

Des élèves à Nantes, d’autres à Châteaubriant. Mais un cours de latin en commun. Deux lycées de Loire-Atlantique misent sur l’enseignement à distance pour continuer d’offrir à leurs élèves, une option peu demandée.

Dans la salle de classe vide, un prof seul parle face à une grande télé blanche. « Quid videtis, ça veut dire ? Allez, c’est une question à 20 000 sesterces », plaisante Gabriel Potelle, prof de lettres classiques.

2 octobre 2019

Dans "Libération", témoignage d'une lycéenne sur la mise en place, entre autres, de la spécialité "Littérature, langues et cultures de l’Antiquité" : "Camille : «Je ne pensais pas que cela serait aussi compliqué au lycée Henri-IV»"

11 janvier 2019

Dans "L'Est Républicain" (abonnés), on apprend que, cans le cadre de la réforme du lycée, le rectorat de Besançon envisage la mise en place l'enseignement à distance pour certaines spécialités comme les langues et cultures de l'Antiquité : "Réforme du bac au lycée Aragon à Héricourt : le recteur face aux élèves, parents et enseignants".

26 décembre 2018

Dans "Le Point" (abonnés) : "Littérature : que deviendrions-nous sans le latin ?" par Christophe Ono-dit-Biot.

Le philologue Maurizio Bettini livre un véritable plaidoyer pour cette langue dite morte. Parce que nous ne pouvons vivre sans mémoire.

20 décembre 2018

Dans le "Canard Enchaîné" du 19 décembre 2018 ("Un futur bac à la carte... de rationnement"), cette information. Extrait :