Café pédagogique : "Le rapport Charvet veut croire au redressement"

Plus d'informations
il y a 3 mois 2 semaines #1746 par Loys
Loys a créé le sujet : Café pédagogique : "Le rapport Charvet veut croire au redressement"
Langues anciennes : Le rapport Charvet veut croire au redressement 
Les...

1er février 2018

Dans le "Café pédagogique" un article suivi d'un entretien avec Pascal Charvet : "Langues anciennes : Le rapport Charvet veut croire au redressement"Langues anciennes : Le rapport Charvet veut croire au redressement"

Langues anciennes : Le rapport Charvet veut croire au redressement 

Les Langues et cultures de l'Antiquité (LCA) peuvent-elles connaitre un nouvel âge d'or ? Pascal Charvet a remis à Jean Michel Blanquer un rapport pour relancer cet enseignement. C'est que si la crise des LCA est très profonde, leur développement est devenu un sujet politique majeur pour le ministre.

Une situation privilégiée en Europe

"Nous partageons la conviction que les Humanités, dont les langues et cultures de l’Antiquité sont un des piliers essentiels, ne constituent ni une discipline caduque, ni une pédagogie surannée, ni un apanage de l’élite, mais donnent les clés d’une formation et d’un accomplissement intellectuels. C’est sur elles que s’est fondée l’École de la République, non par un goût antiquaire des pédagogues des siècles passés, mais parce qu’elles sont une initiation à la réflexion et à l’acquisition des outils qui permettent à cette dernière de se développer et de s’exprimer. Cette formation de base, dont ce rapport vise à redéfinir les objectifs et le sens dans le contexte actuel, ne tient pas les langues et cultures de l’Antiquité pour un ensemble de connaissances à acquérir, mais avant tout pour un instrument efficace, afin que les élèves comprennent et approfondissent leur relation à la langue, au savoir et au monde".

Inspecteur général, Pascal Charvet livre un nouveau rapport très complet sur l'enseignement des LCA, ouvert sur la comparaison internationale et sur les pratiques pédagogiques les plus innovantes pour redresser la situation d'un enseignement qui se réduit comme peau de chagrin.

Les LCA jouissent pourtant en France d'une situation particulièrement privilégie : la France est le seul pays en Europe où les LCA sont une option proposée à tous les élèves du secondaire, collège et lycée. 12% des élèves suivent les LCA, à comparer aux 8% en Allemagne par exemple. Mais leur nombre est en chute rapide. Surtout on assiste à u décrochage brutal entre collège et lycée : 15% des élèves de 3ème font du latin contre 5% en seconde.

Un enseignement élitiste ?

Pascal Charvet se donne beaucoup de mal pour écarter la dimension ségrégative de cet enseignement. Il compare le latin (48% d'enfants privilégiés) au chinois (53%) ou à l'allemand (40%). Mais l'argument élitiste ne peut pourtant pas être écarté aussi facilement. Plusieurs études sociologiques montrent que les options, et particulièrement les langues anciennes et les secondes langues, sont utilisées pour construire la ségrégation sociale dans les collèges. "Les options ne sont pas prises de manière égale par les élèves des différentes classes sociales. Les plus aisés prennent plus souvent le latin ou l'allemand par exemple", explique Son Thierry Ly, auteur avec Eric Maurin et Arnaud Riegert d'une étude sur la ségrégation dans les collèges franciliens. Selon cette étude, "pour 62% des élèves ségrégués socialement (et 70% scolairement), la répartition des élèves selon leurs choix d'option et de langues suffit à expliquer la segmentation observée". En 3ème c'est 76% des élèves. Une autre étude, celle de François Baluteau, souligne le rôle du latin grec. 74% des collèges défavorisés proposent le latin mais 53% des favorisés ont latin grec. Pascal Charvet semble d'autant moins convaincu qu'il recommande lui même la reconstitution d'une filière latin grec entre collège et lycée : les élèves suivant LCA au collège seraient prioritaires pour accéder aux lycées offrant LCA.

 

La menace d'une disparition des professeurs de lettres classiques

Autre élément de la crise : les départs en retraite des enseignants de LCA ne sont pas remplacés car le recrutement s'est effondré. En 5 ans 1500 professeurs sont partis en retraite et 500 n'ont pas été remplacés. En une génération les professeurs de lettres classiques pourraient totalement disparaitre. P Charvet préconise une mention complémentaire pour augmenter le nombre d'enseignants en lettres classiques.

Pascal Charvet : Le latin et le grec lieu de construction d 'une culture générale

 

On compte de moins en moins de professeurs de lettres classiques car on a de moins en moins d'étudiants en langues anciennes. La messe est elle dite pour les LCA ?

Les humanités doivent se renouveler pour reconquérir leur place. La messe n'est pas dite si on comprend que cet enseignement peut répondre à une meilleure compréhension de la langue. Et si on prend appui sur une certification complémentaire, qui pourrait être proposée à des historiens, des professeurs de philosophie ou d'italien, pour trouver de nouveaux enseignants.  Il est important qu'on ne ferme pas les yeux sur l'avenir. En 8 à 10 ans on peut réamorcer la pompe du recrutement.

Aujourd'hui les LCA sont surtout un élément des stratégies familiales pour tracer une route dans le système scolaire. On le voit dans l'effondrement du nombre d'élèves entre collège et lycée.

Au collège les classes de latin ont disparu. On ne peut donc pas parler de stratégie familiale. Les parents pensent que les LCA peuvent aider les enfants à structurer leurs acquis grammaticaux. Au lycée la fuite vient en partie du fait que ce sont des disciplines difficiles. Pourtant elles donnent une réelle culture humaniste aux jeunes.

Avec cette initiation à la culture antique les élèves connaissent mieux la langue et acquièrent une capacité à penser. On peut travailler des notions en dehors du latin et du grec. Mais les LCA apportent des notions fondamentales. Par exemple elles permettent un travail intéressant sur le lexique. Le latin et le grec peuvent être un lieu de réflexion et de construction d'une culture générale.

Les chefs d'établissement ont un rôle clé dans le redressement du latin et du grec ?

On ne peut rien sans eux. Je suis respectueux de l'autonomie des établissements. Mais ils doivent comprendre que quand la demande est là il ne faut pas descendre les horaires de LCA. Il va falloir réfléchir à un fléchage pour qu'ils puissent éviter les situations délicates.

Votre rapport mise aussi sur des pratiques pédagogiques nouvelles pour mettre en valeur les LCA. Des exemples ?

On observe une excellente utilisation du numérique pour faire travailler les élèves en groupes différents. Par exemple je cite les ateliers de traduction où les élèves travaillent ensemble à élaborer une traduction entre des classes différentes éloignées par exemple des élèves de Rennes et de Versailles.

Un autre exemple : à Marseille 42 collèges proposent un enseignement conjoint des langues anciennes pour apprendre aux élèves les fondamentaux de la phrase à travers des comparaisons. Les LCA aident à développer des compétences en syntaxe et à comprendre la structuration de la phrase.

Vous donnez aussi un rôle au théatre ?

On construit des capsules vidéo pour un travail sur le sens des mots et sur le dire. C'est une nouvelle approche du lexique en se l'appropriant par le corporel.

Vous lancez l'idée d'un nouveau site Odysseum

Il sortira en septembre 2018. Il comprendra trois entrées : collégiens et lycéens, enseignants et grand public. On y trouvera de nombreuses ressources pour la formation des enseignants.

Propos recueillis par François Jarraud

Lire l'article...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 mois 2 semaines #1747 par Loys
Loys a répondu au sujet : Café pédagogique : "Le rapport Charvet veut croire au redressement"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.412 secondes
Propulsé par Kunena