A revoir cette réflexion de Marcel Pagnol sur le latin :