13 juin 2017

Sur le site "Arrête ton char" : "NON, Latin et Grec ancien ne sont pas (encore) sauvés !" par Robert Delord.

Extrait :

Bref, les quelques informations contenues dans le projet d’arrêté débattu en CSE (dont l’avis, rappelons-le, n’est que consultatif) n’est pas de nature à rassurer les enseignants de Lettres Classiques et leurs élèves. En effet, ni les horaires, ni l’égalité d’accès, ni l’équité entre établissement, ni même la pérennité de l’enseignement ne sont garantis.

Nous sommes déjà à la mi-juin et sans directives claires et rapides du Ministère, il y fort à parier que l’enseignement des Langues Anciennes en reste au statu quo ante. En effet, à cette période de l’année, tous les établissements de France travaillent d’arrache-pieds sur les répartitions horaires entre les différentes disciplines et sur la constitution des classes et des groupes de langues et d’enseignements facultatifs.