26 mars 2015

SNALC-FGAF : "Réforme du collège : compte-rendu des réunions avec le ministère"

Réforme du collège : compte rendu de la réunion du mercredi 25 mars

Première intervention

Comme il l'avait annoncé, en toute transparence, le SNALC a défendu les toutes les revendications exprimées dans notre communiqué de ce jour.

Nous avons également rejeté la proposition d'une « fausse option » de langues anciennes, pour deux raisons : l'horaire est inférieur à l'horaire actuel (1h de moins par niveau !) et les moyens ne viendront pas en plus, mais seront pris sur heures qui doivent également servir à mettre en place des groupes à effectifs réduits, ce qui ne garantit donc nullement le maintien d'un enseignement des langues anciennes dans les établissements.

Deuxième intervention

Le SNALC a déclaré qu'il n'était pas sérieux de boucler cette réforme aussi vite contre l'avis des collègues. Nous avons dit aux représentants du ministère que la majorité des collègues était hostile à ce projet de réforme, et qu'il ne passerait pas : ce qui est proposé ne répond pas aux demandes des professeurs.

Troisième intervention

Le SNALC a signalé qu'il était parfaitement impossible de proposer des « enseignements pratiques interdisciplinaires » tels qu'ils sont conçus dans le projet sans communiquer quoi que ce soit sur les programmes à venir. Nous avons rappelé que l'organisation des futurs programmes, par cycle, rendrait la tâche encore plus compliquée aux collègues et démuliplierait le nombre de réunions. Nous avons dénoncé avec énergie une remise en cause de la liberté pédagogique car ce n'est plus le professeur qui a la maîtrise de son éventuel projet, mais le conseil pédagogique chapeauté par le chef d'établissement.

Le ministère nous ayant appris que la réforme allait s'appliquer simultanément sur les quatre niveaux en 2016, nous avons immédiatement répondu que c'était n'importe quoi ! Quid de l'articulation entre ancien et nouveaux programmes, notamment pour des élèves de 4e/3e qui vont devoir subir 1 ou 2 ans de « programmes de cycle » prévus pour être mis en œuvre sur 3 ans et sans repères annuels ! Cela va être une catastrophe!