10 septembre 2015

"La Croix" : "Les chefs d’établissements apportent « un soutien critique » au nouveau collège"

Extrait :

S’il refuse de rejoindre le « conglomérat des anti-réforme » (une large part des syndicats enseignants, des associations disciplinaires, ainsi que l’opposition de droite), c’est notamment en raison de la dimension « idéologique » et « irrationnelle » des débats, explique Philippe Tournier, le secrétaire général du SNPDEN.

L’avenir des langues anciennes

« Certains, évoquant l’avenir des langues anciennes, sont allés jusqu’à comparer la réforme du collège à la destruction de Palmyre par Daech », rappelle-t-il.

« Toutes les réformes sont supposées avoir été conçues pour tuer le latin. Il faut croire qu’on a souvent raté la cible, puisque 30 % d’une classe d’âge continue à l’étudier. Il est même probable que leur nombre augmentera », anticipe ce syndicaliste.

Car à l’avenir, l’investissement scolaire exigé sera moins dissuasif qu’aujourd’hui (jusqu’à trois heures de latin et trois heures de grec par semaine en troisième).



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #731 il y a 1 an 6 mois
Se souvenir que le 31 août 2015, Philippe Tournier parlait d'"une expédition punitive contre les langues anciennes"...

avenirlatingrec.fr/actualite/syndicats-e...es-langues-anciennes