10 juin 2015

Sur le site du SE-Unsa : "Réforme du collège : la circulaire se construit"

 

Extrait :

Le ministère a rencontré les organisations syndicales pour leur présenter le projet de circulaire d’application de la réforme du collège. Cette circulaire est importante car elle apporte des réponses aux interrogations qui subsistent et permet de mieux comprendre la mise en œuvre du nouveau collège, notamment l’usage des heures professeurs, le fonctionnement des EPI et de l’accompagnement personnalisé.

Le SE-Unsa continue de porter des revendications pour une mise en œuvre exigeante de la réforme, qui bénéficie à tous les professeurs et à tous les élèves. Sur certains points cependant, la circulaire doit encore être améliorée et clarifiée. En syndicat utile, le SE-Unsa continue à agir concrètement.

Principaux extraits en italique

Le ministère a rencontré les organisations syndicales pour leur présenter le projet de circulaire d’application de la réforme du collège. Cette circulaire est importante car elle apporte des réponses aux interrogations qui subsistent et permet de mieux comprendre la mise en œuvre du nouveau collège, notamment l’usage des heures professeurs, le fonctionnement des EPI et de l’accompagnement personnalisé.

Le SE-Unsa continue de porter des revendications pour une mise en œuvre exigeante de la réforme, qui bénéficie à tous les professeurs et à tous les élèves. Sur certains points cependant, la circulaire doit encore être améliorée et clarifiée. En syndicat utile, le SE-Unsa continue à agir concrètement.

Principaux extraits en italique

 

Les marges profs

Le volume de la dotation horaire supplémentaire pour l’établissement est calculé sur la base de 2h45 par semaine et par division pour la rentrée scolaire 2016, puis sur la base de 3 heures par semaine et par division à compter de la rentrée scolaire 2017. Il est, dans l’organisation actuelle du collège, de deux heures pour quatre divisions. Un collège de 20 divisions pourra ainsi utiliser une enveloppe de 55 heures à la rentrée 2016 et 60 heures à partir de la rentrée 2017, contre 10 heures aujourd’hui, ce qui équivaut à une multiplication par six de la dotation horaire heures professeurs.

Les établissements qui proposent aujourd’hui les options latin, grec et langues régionales disposeront donc des moyens nécessaires à la mise en œuvre dans les meilleures conditions des enseignements de complément en latin, grec et langues régionales.

[...]

Latin-grec et LVR

Une thématique interdisciplinaire peut être suivie par un élève chaque année du cycle 4. Cette disposition concerne en particulier les EPI « Langues et cultures de l’Antiquité » et « Langues et cultures étrangères et régionales »  

  • Le SE-Unsa demande qu’il soit bien explicité que cet EPI concerne tous les élèves, et relève de l’interdisciplinarité, avec pour pilier le professeur de lettres classiques. Il faut pour cela que les programmes fassent une place plus importante aux LCA (en français et en histoire des arts notamment). Le SE-Unsa demande à ce que le ministère montre les possibilités diverses d’intervention des professeurs de lettres classiques dans les enseignements complémentaires.
  • Les questions du SE-Unsa ont permis de préciser qu’il est possible d’ouvrir deux groupes de LCA en enseignements de complément, et qu’il est possible d’enseigner le grec pour un horaire de 2heures (soit 5+2h).


Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #668 il y a 2 ans 3 mois
Selon Claire Krepper (SE-UNSA) et un responsable FCPE, sur la question des programmes, les deux organisations estiment que beaucoup de choses fausses ont été répandues. Notamment sur la question de l'enseignement de l'histoire et celle du latin.

www.ladepeche.fr/article/2015/06/20/2128...s-pour-debattre.html