5 juin 2015

Véronique Baslé du Sgen-CFDT : "L'avis du Sgen-CFDT sur les langues anciennes dans la réforme du collège".

Extrait :

    Il faudrait sortir de cette spécialisation trop précoce pour essayer d'atteindre une démocratisation de cet enseignement. Alors, dans ces enseignements pratiques interdisciplinaires, ces EPI, l'enjeu ce serait justement de permettre aux langues anciennes de sortir de la spécialisation pour les ouvrir à tous les élèves d'une même classe d'âge. Ça, ça permettrait d'élargir aussi le vivier de recrutement de nos élèves, et pour le professeur de langues anciennes, ça lui permettrait aussi de sortir de son isolement parce qu'il est seul de sa discipline bien souvent dans un établissement. Là, c'est la possibilité de travailler en partenariat, en collaboration avec les professeurs d'autres disciplines.



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #630 il y a 2 ans 6 mois

Il faudrait sortir de cette spécialisation trop précoce...

En quoi l'enseignement d'une langue ancienne constitue-t-il une "spécialisation" ? C'est au contraire une ouverture à la culture générale offerte à tous les élèves. On invente ici un faux problème qui justifie une solution aberrante.

En fait il faut comprendre, par "spécialisation", la nécessité de fournir un travail approfondi, un effort supplémentaire auquel tous les élèves ne consentent pas...

...pour essayer d'atteindre une démocratisation de cet enseignement.

La belle "démocratisation" qui ne pourra passer ni par l'enseignement des langues ni même par celui de l'histoire !

Alors, dans ces enseignements pratiques interdisciplinaires, ces EPI, l'enjeu ce serait justement de permettre aux langues anciennes de sortir de la spécialisation pour les ouvrir à tous les élèves d'une même classe d'âge.

"ouvrir" = accéder sans effort à un ersatz de langues anciennes...

Petite approximation au passage : l'EPI LCA ne sera pas proposé à "tous les élèves" puisque six EPI sur huit sont obligatoires.

Ça, ça permettrait d'élargir aussi le vivier de recrutement de nos élèves...

Ce qui est bien utile vu que les options sont amputées et ne seront pas proposées partout.

...et pour le professeur de langues anciennes, ça lui permettrait aussi de sortir de son isolement parce qu'il est seul de sa discipline bien souvent dans un établissement.

Le professeur de lettres classiques enseignant également le français, il est rarement isolé... Encore un faux problème.

Là, c'est la possibilité de travailler en partenariat, en collaboration avec les professeurs d'autres disciplines.

Traduisons. "Possibilité" = obligation, pour que l'enseignement des langues anciennes survive. Vive la sortie de l'isolement à coup de pied au cul, avec la bénédiction d'une collègue !