20 avril 2015

"FCPE" : "Réforme du collège : en finir avec l'intox !"

Extrait du communiqué :

Il est urgent d'arrêter la campagne de désinformation sans précédent menée par certains. Elle se fait contre la réussite de tous les élèves. Il faut travailler ensemble pour la mise en œuvre de cette réforme au plus près des besoins des enfants.

Dans la dernière version de sa foire aux questions sur la réforme du collège 2016.

Extrait :

Les options de langues anciennes (latin-grec) ou régionales seront-elles supprimées ?

Non car d'une part, les élèves pourront découvrir ces matières dans le cadre des enseignements du tronc commun et des EPI. Ainsi, les apports de ces disciplines dans la formation des élèves pourront bénéficier à tous.

D'autre part, les élèves qui souhaitent les approfondir pourront également prendre une option langue ancienne ou régionale dès lors que l'établissement aura décidé d'offrir ce type d'option.

La FCPE sera toutefois vigilante à ce que ces enseignements « optionnels » soient offerts à tous et ne soient pas détournés de leur objet pour constituer ou développer des filières sélectives et élitistes.

 



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #251 il y a 3 ans 3 mois
Dans la FCPE de la Meuse on pense un peu différemment...

Sinon, pour ce qui est de l’intégration des langues anciennes, dans le tronc commun et les EPI, et la possibilité pour les établissements de garder une “option” latin ou grec, il semble y avoir quelques pièges. Selon la Ministre, c’est permettre l’enseignement du latin ou du grec pour tous. Une vraie mascarade ! Certains parlent d’enseignement constituant des dispositifs ségrégatifs. Mais arrêtons ! L’option latin est disponible à tous actuellement, dès la cinquième. La vraie problématique, c’est que maintenir cette option partout a un coût, que les professeurs de langues anciennes deviennent des denrées rares, et que le ministère annonce de moins en moins d’élèves dans ces classes. Mais fatalement si l’option disparaît, on forme moins de gens dans ces disciplines, on peut continuer avec la poule et l’oeuf et se demander qui est apparu en premier… Aussi, pour résoudre les problèmes de coûts engendrés par l’enseignement des langues anciennes, la mise en place de l’option ne devient donc plus qu’une question de choix d’établissement dans les 20 % d’heures “laissées” en autonomie, vous savez, les mêmes qui servent déjà un peu pour les EPI. Mais alors, quand va-t-on avoir du latin de proposé ? Et ben vraiment très rarement, mettez vous à la place du principal d’établissement qui peine à trouver un professeur de latin. Là, il n’essayera même plus et pour ceux qui ont la chance d’en avoir un dans son établissement, l’option latin sera sa variable d’ajustement pour avoir des postes complets en français, puisque l’enseignant de latin peut aussi faire du français, ce qui n’est pas vrai dans l’autre sens. Alors, ensuite, pour tordre vite le cou à l’autre idée développée par le ministère : l’enseignement du latin sera effectué en français ou en EPI. Comme si on n’avait jamais pensé que les enseignants pouvaient être à court sur la quantité de choses à faire apprendre au cours d’une année scolaire, jusqu’à maintenant, on avait laissé quelques heures aux professeurs de français pour faire des choses hors programme ! Vous y croyez vous à cette idée ? Non, nous non plus, donc expliquez nous alors comment les programmes vont être repensés pour permettre de renforcer le socle commun (notamment le français) en incluant le latin ! Mascarade et Supercheries ! Enfin, dans nos milieux ruraux, nous avons déjà du mal à avoir des professeurs de français, on est dans un déficit tel, que même la recherche de contractuels est complexe. Croyez vous alors que les principaux vont se compliquer la tâche en rajoutant encore le fait de recruter des postes supplémentaires pour les latinistes ? Voilà, la fin des langues anciennes est annoncée. Le réalisme l’emporte sur les idéaux annoncés, faute de moyens ! Si encore la réforme se posait l’intérêt des langues anciennes et que celle-ci, avaient été supprimées dans un choix réfléchi (et ce n’est pas notre position), on pourrait le comprendre, mais là, on n’assume même pas !


fcpe55.legtux.org/la-reforme-des-colleges/
Portrait de Minerve
Minerve a répondu au sujet : #252 il y a 3 ans 3 mois
Ouf! Tous ne sont pas complètement aveugles à la FCPE ! Espérons que d'autres fédérations locales ouvriront également les yeux...