1er mai 2015

De nouveau Christophe Chartreux sur son blog : "College 2016: une réforme qui va bien au-delà de l'Ecole... Dernier avertissement..."

Extrait :

Trois disciplines présentées par les opposants à la réforme comme étant en danger de mort ou de "travestissements" alors qu'il s'agit tout au contraire d'ouvrir ces disciplines à un plus grand nombre d'élèves pour les langues et les lettres classiques, d'offrir une liberté pédagogique réclamée pour l'enseignement de l'Histoire. Je suis certain que si le projet n'avait touché que la technologie ou les disciplines artistiques, personne, absolument personne n'aurait trouvé à redire. Mais avec les langues vivantes, mais avec les lettres classiques - que je défends absolument pour toutes et tous! - , mais avec l'Histoire, le Conseil Supérieur des Programmes a mis le doigt sur des patrimoines, sur des Graal, sur des "intouchables".

Si je ne nie pas la "valeur" de ces disciplines car je ne nie la valeur d'aucune; je trouve seulement étrange que tel quotidien, telle association, tels intellectuels, n'écrivent et ne parlent que pour venir au secours de ces SEULES matières pourtant en danger bien moindre AVEC la réforme que SANS elle. Rappelons une fois encore que le latin, pour parler de lui, représentent 20% d'élèves en 5è, 5% en seconde et 1% après le Baccalauréat. C'est hier et aujourd'hui qu'il est en danger de mort ! Où étaient, au passage, les annonciateurs d'Apocalypse lorsqu'il fallait être au chevet de la langue de Cicéron? Les raisons profondes qui poussent tous ces soudain défenseurs de la dernière heure à s'inquiéter ne sont pas forcément celles qu'ils annoncent et qu'ils nous forcent à imaginer. Ne soyons pas dupes !