20 janvier 2016

Dans "Famille chrétienne" un débat entre Olivier Noblecourt, directeur adjoint du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, et François-Xavier Bellamy, professeur de philosophie : "Bellamy – Noblecourt : 2 visions du collège opposées"

Extrait :

Comment expliquer que le débat demeure aussi houleux ?

F.-X. B. – Le débat a été faussé par un double discours. Par exemple, vous dites défendre les langues anciennes, alors que votre projet initial les supprimait purement et simplement. Devant la levée de boucliers, vous créez un EPI « Langues et cultures de l’Antiquité », mais ce n’est pas un enseignement de langue !

Vous promettez maintenant un « enseignement de complément » pour remplacer les options de latin et de grec. Mais les établissements ne pourront le mettre en place qu’en sacrifiant d’autres heures : les collèges en difficulté auront évidemment d’autres priorités, comme l’accompagnement personnalisé. À la fin, ceux qui pourront faire du latin seront les plus favorisés et les élèves de l’Enseignement privé qui, tout en soutenant la réforme, a déjà promis qu’il garderait ces options. Quelle hypocrisie… Ces dernières années, c'est en Seine-Saint-Denis que le latin s'est le plus développé ; les enquêtes ont montré que pour beaucoup d’élèves fragiles, il était une forme de remédiation.

O. N. – C’est par les contre-vérités assénées sur cette réforme que le débat a été faussé. L’enseignement de l’allemand sera renforcé. Les langues anciennes et la culture de l’Antiquité seront accessibles à davantage d’élèves.