31 août 2015

Najat Vallaud-Belkacem dans le « 7/9 » de « France Inter » avec Patrick Cohen.

{dailymotion}http://www.dailymotion.com/video/x33rji8_najat-vallaud-belkacem-je-me-demande-qui-jean-luc-melenchon-n-a-pas-encore-insulte_news{/dailymotion}

Verbatim (extrait) :

Patrick Cohen C’est la dernière rentrée des profs de latin ?

Najat Vallaud-Belkacem   (rires) Non, de grâce, pas sur France Inter !

Patrick Cohen Et pourquoi pas sur France Inter ?

Najat Vallaud-Belkacem   Parce que je crois que vous avez quand même le goût de la précision et de l’exactitude donc on va essayer en cette rentrée scolaire d’éviter tout ce qui ressemble à des contre-vérités. Alors je le redis ici : le latin et le grec ne disparaissent pas avec la réforme du collège. Bien au contraire. Ils sortent, le latin et le grec, ils sortent de la case « option » qu’ils occupaient jusqu’à présent, une option étant forcément réservée à un nombre limitée d’élèves, pour intégrer une case « enseignement à part entière » qui s’appelle « langues et cultures de l’Antiquité » et qui, lorsqu’elle sera offerte à un établissement, le sera à tous les élèves donc concernera davantage de monde. Donc le latin et le grec…

Patrick Cohen Il y aura encore des profs de  latin ?

Najat Vallaud-Belkacem   … et les professeurs de latin, voyez, d’ailleurs, ne serait-ce que le nombre de recrutements que l’on fait de professeurs de langues anciennes, de lettres classiques pardon : eh bien vous verrez que c’est en augmentation par rapport à l’année dernière et par rapport bien sûr aux dernières années.



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #723 il y a 2 ans 3 semaines

Patrick Cohen – C’est la dernière rentrée des profs de latin ?

Najat Vallaud-Belkacem – (rires) Non, de grâce, pas sur France Inter !

Patrick Cohen – Et pourquoi pas sur France Inter ?

Najat Vallaud-Belkacem – Parce que je crois que vous avez quand même le goût de la précision et de l’exactitude donc on va essayer en cette rentrée scolaire d’éviter tout ce qui ressemble à des contre-vérités.

Poser une question contradictoire serait donc inconvenant.

Alors je le redis ici : le latin et le grec ne disparaissent pas avec la réforme du collège. Bien au contraire.

"Bien au contraire"...

Ils sortent, le latin et le grec, ils sortent de la case « option » qu’ils occupaient jusqu’à présent, une option étant forcément réservée à un nombre limitée d’élèves...

Elle est "forcément réservée à un nombre limitée d’élèves" parce que les rectorats n'attribuent pas les moyens suffisants : ces options sont coûteuses... contrairement aux EPI qui ne coûtent rien !

...pour intégrer une case « enseignement à part entière » qui s’appelle « langues et cultures de l’Antiquité »...

Drôle d'"enseignement à part entière" qui mêle confusément et dans un horaire réduit deux langues, n'a pas de programme et peut être dispensé par n'importe quel professeur.

...et qui, lorsqu’elle sera offerte à un établissement, le sera à tous les élèves...

Précision utile : tous les établissements ne proposeront pas l'EPI LCA, et, a fortiori, sur trois ans. Ajoutons une étrangeté : un EPI LCA doit nécessairement concerner tous les élèves d'un niveau.

...donc concernera davantage de monde. Donc le latin et le grec…

Mais sans latin ni grec puisque les EPI sont des façons d'"enseigner autrement" (sic) les disciplines du tronc commun, pas d'enseignement une discipline supplémentaire. Quel professeur acceptera de traiter l'Antiquité (oublions les langues) en sacrifiant sur son programme ? Même un professeur de lettres classiques renoncerait à enseigner le français pendant une heure pour enseigner le latin ?

Patrick Cohen – Il y aura encore des profs de latin ?

Najat Vallaud-Belkacem – … et les professeurs de latin, voyez, d’ailleurs, ne serait-ce que le nombre de recrutements que l’on fait de professeurs de langues anciennes, de lettres classiques pardon : eh bien vous verrez que c’est en augmentation par rapport à l’année dernière et par rapport bien sûr aux dernières années.

En lettres classiques en 2015 seulement 39% des postes ont été pourvus, soit 89 postes.

www.education.gouv.fr/cid84018/donnees-s...es-session-2015.html

Quant à l'année dernière : 99 postes pourvus en 2014 (192 si l'on ajoute le Capes exceptionnel). Dix postes de moins : une belle "augmentation" en effet !