13 mai 2015

Najat Vallaud-Belkacem sur son blog : "Saisine du Conseil supérieur des programmes sur l’enseignement du latin et du grec"

Saisine du Conseil supérieur des programmes sur l’enseignement du latin et du grec

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, saisit le Conseil supérieur des programmes sur les langues et cultures de l’Antiquité afin qu’il en précise les programmes, conformément à son ambition pour l’enseignement du latin et du grec. La réforme du collège, qui entrera en vigueur en 2016, permettra à tous les élèves d’accéder aux langues et cultures de l’Antiquité, contre seulement 18% des collégiens qui suivent aujourd’hui l’option latin et 2% qui suivent l’option grec.

Les langues et cultures de l’Antiquité seront enseignées sous trois formes :

–          dans les programmes de français, qui intègreront désormais des notions d’étymologie latine et grecque,

–          avec l’enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) « Langues et cultures de l’Antiquité », accessible à tous les élèves,

–          avec un enseignement de complément en langue latine ou grecque, pour les élèves qui le souhaitent.

Conformément au calendrier prévu, il revient maintenant au Conseil supérieur des programmes de travailler sur les contenus de ces enseignements. Ce travail sera réalisé en lien avec l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Si cette saisine du Conseil supérieur des programmes finit de rassurer certains acteurs qui avaient encore des inquiétudes sur l’ambition de la réforme du collège pour l’enseignement des langues anciennes, la ministre ne peut que s’en féliciter.

Téléchargez le courrier de la ministre de saisine du CSP sur l’enseignement du latin et du grec.

 

La lettre :

Monsieur le Président,

Notre école est engagée dans une refondation globale dont l'enjeu est de soutenir la performance du système éducatif en assurant la réussite de chaque élève et en luttant contre les déterminismes sociaux. H est aussi de conforter l'Ecole dans les missions essentielles que la République lui a confiées, faire acquérir des savoirs et être un creuset de la citoyenneté. La réforme du collège que j'ai décidé d'engager, en visant à la fois l'organisation pédagogique et les contenus d'enseignement, s'inscrit pleinement dans ces objectifs.

Les projets de programmes du cycle 4 que vous avez rendus publics le 9 avril sont soumis à une consultation nationale. Sans préjuger, à ce stade, des remontées de cette consultation, je souhaite que vous puissiez d'ores-et-déjà engager une réflexion sur les évolutions de ces projets afin qu'ils prennent suffisamment en compte les langues et cultures de l'Antiquité.

Les langues et cultures de l'Antiquité contribuent à une meilleure maîtrise de la langue française. Le décret définissant le socle commun de connaissances, de compétences et de culture prévoit que l'élève soit sensibilisé à l'histoire de la langue française et à ses origines latines et grecques. Elles participent également de la connaissance du passé, qui nourrit une juste compréhension du présent. Les volets disciplinaires des projets de programmes du cycle 4, en particulier celui de français, devront comporter des articulations plus lisibles avec les langues et cultures de l'Antiquité.

Dans le cadre des nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), le thème «Langues et cultures de l'Antiquité» doit permettre à tous les élèves d'enrichir leurs approches linguistiques et culturelles. Je souhaite que vous travailliez spécifiquement sur ce thème, en mettant notamment en dialogue l'ensemble des points d'appui dont doivent disposer les enseignants pour dispenser leur enseignement.

Je souhaite enfin que vous rédigiez des programmes pour les enseignements de complément de latin et de grec, dédiés à une étude plus approfondie de la langue et des textes. Pour cela, les programmes actuellement en vigueur pour l'enseignement du latin et du grec au collège pourront constituer un point d'appui dont il vous reviendra d'apprécier la pertinence, afin d'inscrire ces enseignements à la fois dans la nouvelle organisation pédagogique du collège, mais aussi dans la logique curriculaire et de cycle des programmes de la refondation.

Je vous remercie de bien vouloir prendre l'attache, pour la conduite de ce travail, de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et de me remettre vos propositions pour le 15 octobre 2015.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #458 il y a 2 ans 2 mois
L'Ara Pacis, symbole d'arrêt des hostilités ? ^^

Bon :
1. A priori cette annonce de programme date du 31 mars ( "dans les enseignements complémentaires, un programme sera précisé pour la langue" ). Fausse concession, donc.

2. Ce post laisse penser que les programmes concerneraient aussi l'EPI LCA. Ce que confirme Michel Lussault (CSP) : "La saisine couvre EPI LCA/ens de complément/histoire de la langue." Problème : dans un EPI on traite le programme d'une discipline du tronc commun, pas le programme d'une matière supplémentaire.

3. C'est bien la preuve que l'enseignement des langues anciennes devait disparaître.
Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #459 il y a 2 ans 2 mois
La lecture de la lettre laisse perplexe : on parle bien de programmes pour l'EC mais il n'est pas explicitement demandé que les langues et anciennes constituent des disciplines.

Et dans les EPI il s'agit de prendre "suffisamment en compte les langues et cultures de l'Antiquité".

Autres remarques d'une collègue :

J'avoue ne pas avoir bien compris. Comment rédiger les programmes de l'enseignement de complément (en prenant pour point d'appui les anciens programmes de l'option) sans savoir ce que les élèves auront ou pas acquis dans un EPI qui existera ou pas, que les élèves auront suivi un an, deux ans ou pas du tout au moment des premiers cours ? Comment élaborer des programmes d'un EPI dont personne ne connaît les modalités d'existence (semestre/année, sur un an/sur trois ans, avec des élèves qui entreront, sortiront...) et articuler EPI et enseignement de complément ? Bonne chance...
Si EPI et enseignement de complément sont liés, c'est ingérable.
S'ils ne le sont pas, c'est un massacre en termes d'heures et d'ambition.


Ajoutons que l'horaire des EC est un plafond : comment faire des programmes dans ces conditions ?

Tout ceci laisse penser qu'on cherche une solution à l'impossibilité de faire du latin ou du grec en EPI LCA en modifiant les programmes des disciplines du tronc commun.
Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #462 il y a 2 ans 2 mois
Quel est le mot ajouté ? B)

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, saisit le Conseil supérieur des programmes sur les langues et cultures de l’Antiquité afin qu’il en précise les programmes, conformément à son ambition tardive pour l’enseignement du latin et du grec.

Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #463 il y a 2 ans 2 mois
Réaction (prématurée ?) de François Bayrou :


Invité a s’exprimer devant l’Assemblée des journalistes parlementaires, François Bayrou a dit son amour pour les langues anciennes "sans qui (il) ne serait pas là aujourd’hui".

Très attaché aux langues anciennes, l’ancien candidat à la présidence de la République a multiplié les hommages à la langue latine et réaffirmé les dangers de leur raréfaction à l’école : " La Ministre de l’éducation a annoncé que la question du latin et du grec allait être reprise : Victoire ! Je suis toujours heureux lorsque les combats civiques portent leurs fruits. Prétendre supprimer ces langues au nom de l’égalité des chances est pour moi extrêmement choquant. Il y a une émotion car pour beaucoup de Français, l’éducation nationale, c’est la France".

Portrait de Minerve
Minerve a répondu au sujet : #466 il y a 2 ans 2 mois
Problème supplémentaire : c'est maintenant que nous devons nous prononcer sur le contenu des programmes; donc, avant que le moindre texte soit publié pour les LCA.
Si nous affirmons notre mécontentement, on dira que c'est par principe.
Mais comment être satisfait de ce qui n'existe pas ?
Portrait de Laure BM
Laure BM a répondu au sujet : #467 il y a 2 ans 2 mois
Ce n'est qu'un effet d'annonce et rien d'autre pour tenter de calmer le jeu et de gagner du temps, mais nous ne sommes pas dupes...