4 mai 2015

Dans "Le Monde" (abonnés) tribune de Najat Vallaud-Belkacem : "La réforme du collège garantit la mission républicaine de l’école"

 

Extrait :

La même tentative de mystification est à l’œuvre s’agissant du latin : alors qu’il est aujourd’hui une option choisie par 20 % des élèves qui l’abandonnent pour les trois quarts en fin de collège, la réforme permet de rendre accessible le latin, sa culture et sa civilisation à tous les élèves grâce à un enseignement interdisciplinaire spécifique dès la 5e. Pour ceux qui le souhaitent, la possibilité de bénéficier d’un enseignement complémentaire de latin est préservée. Loin d’un abandon, c’est la marque d’une ambition de démocratisation du latin. Au moment où nous créons un parcours citoyen, cette richesse ne doit pas être réservée à quelques-uns, mais proposée à tous au service de la maîtrise de notre langue et de la transmission des valeurs humanistes dont le latin et le grec sont porteurs."



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #249 il y a 2 ans 7 mois

La même tentative de mystification est à l’œuvre s’agissant du latin : alors qu’il est aujourd’hui une option choisie par 20 % des élèves qui l’abandonnent pour les trois quarts en fin de collège, la réforme permet de rendre accessible le latin, sa culture et sa civilisation à tous les élèves grâce à un enseignement interdisciplinaire spécifique dès la 5e.

L'EPI LCA (un des 8 sur les 6 obligatoires) sera donc obligatoire ?

C'est miraculeux : on passe du "latin" à "le latin, sa culture et sa civilisation", le tout avec une heure seulement pendant un an (au lieu de deux et trois heures pendant trois ans). Et sans programme bien sûr !

Et en prenant sur quelles disciplines du tronc commun ? Et pour la civilisation, quel professeur s'en chargera puisqu'elle n'est pas au programme d'histoire du cycle 4 ?

Pour ceux qui le souhaitent, la possibilité de bénéficier d’un enseignement complémentaire de latin est préservée.

Des moignons d'options pour enfin enseigner le latin (le grec n'existe plus, semble-t-il) : mais n'est-ce pas le "réserver" à quelques-uns ?

Et rappelons que ces moignons n'étaient même pas prévus au départ... Trop d'"ambition", sans doute.

Loin d’un abandon, c’est la marque d’une ambition de démocratisation du latin.

Une "démocratisation" exemplaire (et peu coûteuse) : une heure pendant un an, sans langue ancienne ni histoire, prise sur les autres disciplines : quelle "ambition", en effet !

Au moment où nous créons un parcours citoyen, cette richesse ne doit pas être réservée à quelques-uns, mais proposée à tous...

L'enseignement de complément (... l'option) sera proposée à tous ?

...au service de la maîtrise de notre langue et de la transmission des valeurs humanistes dont le latin et le grec sont porteurs."

Les humanités classiques peuvent en effet remercier ce projet de réforme du collège 2016...
Portrait de Junon
Junon a répondu au sujet : #255 il y a 2 ans 7 mois
Une habile utilisation de termes à connotation positive au service de mantras dont le contenu ne résiste pas au soigneux décryptage de Loys. Où est la mauvaise foi ou, pire, la naïveté ?
Portrait de Minerve
Minerve a répondu au sujet : #266 il y a 2 ans 7 mois
Un grand merci à Loys pour le minutieux et patient travail de décryptage de toutes ces interventions, qui jouent sur les mots et répètent des formules dans l'espoir de convaincre les bien nombreux sceptiques. Grâce à lui entre autres, les parents se posent les bonnes questions et éprouvent le besoin de s'informer.
Et là, force est de constater que la situation est alarmante. Que de gens qui ne comprennent rien ou ne savent pas bien lire en France! C'est étrange, plus les gens s'informent sur ce qui sera possible dans tel ou tel établissement, plus ils lisent les textes du ministère, plus ils sont inquiets! On se demande vraiment pourquoi.