3 mai 2015

Najat Vallaud-Belkacem dans le JT de midi sur France 3 : les options, "nous les réintroduisons dans le tronc commun de la scolarité obligatoire"

Francis Letellier : Si ça ne change rien, pourquoi changer alors ?

 

Najat Vallaud-Belkacem : Mais parce que c'est très simple : la réforme du collège, elle a vocation à faire mieux réussir, mieux apprendre tous les collégiens mais aussi à lutter contre un certain nombre d'inégalités qui s'étaient creusées ces dernières années et qui nous donnaient un collège à deux vitesse, dans lequel vous aviez des enfants qui avaient la chance de pouvoir bénéficier d'un système d'options, d'un système de classes bilangues, d'un système de sections européennes auxquels d'autres n'avaient pas accès. De fait c'est comme ça que se creusaient les inégalités de réussite. Dans le nouveau système, dans la réforme du collège, qu'est-ce que nous faisons ? Tous ces systèmes dérogatoires, optionnels, nous les réintroduisons dans le tronc commun de la scolarité obligatoire pour que tout le monde y ait accès. [...] L'"élitisme pour tous", qu'est-ce que ça signifie ? Je le demande à M. Bayrou. Ça signifie précisément : offrir le meilleur à chaque collégien, par exemple le latin et le grec. Considérons - et je le considère - que c'est en effet extrêmement vertueux d'apprendre la civilisation, la culture antique, voire la langue latine ou grecque. Pourquoi est-ce qu'on ne le réserverait qu'à 20% des collégiens ? [...]

 

Francis Letellier : Entre parenthèse, à l'inverse, on aurait pu vous dire : à quoi ça sert d'apprendre le latin et le grec en 2015. Est-ce qu'il ne faudrait pas mieux apprendre le chinois et l'arabe ?

 



Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #225 il y a 1 an 11 mois

Francis Letellier : Si ça ne change rien, pourquoi changer alors ?

Bonne question !

Najat Vallaud-Belkacem : Mais parce que c'est très simple : la réforme du collège, elle a vocation à faire mieux réussir, mieux apprendre tous les collégiens mais aussi à lutter contre un certain nombre d'inégalités qui s'étaient creusées ces dernières années et qui nous donnaient un collège à deux vitesse, dans lequel vous aviez des enfants qui avaient la chance de pouvoir bénéficier d'un système d'options, d'un système de classes bilangues, d'un système de sections européennes auxquels d'autres n'avaient pas accès.

Et comment s'obtient cette "chance de pouvoir bénéficier d'un système d'options" ? A quel guichet doit-on réserver ce droit ?

De fait c'est comme ça que se creusaient les inégalités de réussite.

Parce qu'il y a des latinistes, les non-latinistes échouent ?

Dans le nouveau système, dans la réforme du collège, qu'est-ce que nous faisons ? Tous ces systèmes dérogatoires, optionnels, nous les réintroduisons dans le tronc commun de la scolarité obligatoire pour que tout le monde y ait accès.

Une heure d'EPI LCA pendant un an, sans histoire ni langue ancienne (ou alors en retirant une heure de fançais aux élèves)... Un bel accès, en effet !

Puisqu'ils sont "réintroduits dans le tronc commun", dommage que le journaliste n'ait pas demandé à quelles disciplines ils retireraient des horaires.

[...] L'"élitisme pour tous", qu'est-ce que ça signifie ? Je le demande à M. Bayrou. Ça signifie précisément : offrir le meilleur à chaque collégien, par exemple le latin et le grec. Considérons - et je le considère - que c'est en effet extrêmement vertueux d'apprendre la civilisation, la culture antique, voire la langue latine ou grecque.

Ce "voire" en dit long... Quant à la civilisation antique, elle n'est pas au programme d'histoire du cycle 4.

Pourquoi est-ce qu'on ne le réserverait qu'à 20% des collégiens ? [...]

Les options ne sont "réservées" à personne...

Francis Letellier : Entre parenthèse, à l'inverse, on aurait pu vous dire : à quoi ça sert d'apprendre le latin et le grec en 2015. Est-ce qu'il ne faudrait pas mieux apprendre le chinois et l'arabe ?

C'est vrai que cette question est beaucoup plus pertinente en 2015 qu'en 1955...
Portrait de VIRGINIEPFEIFER
VIRGINIEPFEIFER a répondu au sujet : #230 il y a 1 an 11 mois
Répétez après moi "la réforme du collège est la panacée divine, les nouveaux programmes sont la solution à tous nos maux, non, le latin ne disparaît pas du collège" ... Non, vous ne voulez pas ? alors regardez ceci :

Portrait de Minerve
Minerve a répondu au sujet : #232 il y a 1 an 11 mois
Décidément, j'ai beau entendre vingt fois le même discours, je n'y comprends rien, ce qui prouve que je suis bien une pseudo-zintellectuelle : notre ministre peut-elle m'expliquer quels textes actuels réservent l'enseignement des langues anciennes (ou de l'allemand) à un pourcentage déterminé d'élèves, interdisant aux autres de s'y inscrire? et si tel est le problème, ne suffit-il pas de promulguer un texte obligeant tous les chefs d'établissement concernés à ouvrir des groupes de latin et/ou de grec ou d'ECLA chaque fois que la demande se présente? Et donc, obligeant aussi le ministère à offrir assez de postes aux concours pour que les étudiants osent s'engager dans cette voie?
Portrait de Loys
Loys a répondu au sujet : #233 il y a 1 an 11 mois
Vous êtes optimiste !

Ajoutons ce document tweeté par notre ministre : Clé utilisateur/ secrète de la configuration non valide