5 janvier 2018

Premières rumeurs sur la réforme du lycée dans le "Café pédagogique" du 5 janvier 2018, en contradiction avec la volonté affichée de restaurer l'enseignement des langues anciennes : "Lueurs sur le futur lycée"

 Extrait :

Selon l'Apmep  on passerait d'une seconde à peu près inchangée en 2018 à une spécialisation croissante dès la première dès 2019. Les horaires seraient de 15 h de tronc commun en première et 10 h de spécialisation. En terminale on passerait à 10 et 15 heures. En clair les horaires devraient diminuer sensiblement. Ils sont aujourd'hui d'au moins 27.5 h en première et peut-être 29 h en terminale. Mais  ces horaires planchers sont le plus souvent nettement dépassés par les options.

Ce "dégraissage " des horaires aura évidemment un impact direct sur les emplois qui devraient connaitre une chute sévère au lycée. Il y a actuellement 142 000 professeurs en LGT. La baisse d'horaire représenterait environ 25 000 emplois en moins. Ce pourrait être la contribution de l'Education nationale a la baisse des effectifs de fonctionnaires.

Interdisciplinarité et annualisation

Certaines disciplines semblent très directement menacées. L'avenir de la seconde langue, celui des options, semble en suspens. Mais on peut aussi s'interroger sur le devenir des disciplines qui ne seront pas jugées nécessaires aux pré requis de l'entrée dans le supérieur. Car au final c'est bien cette réforme là qui va décider des choix des lycéens.

A relire sur le sujet :

- "Cour des comptes : options, "réduire la dispersion"" (29 septembre 2015)

- Analyse : "Quand la Cour des comptes trouve un bouc émissaire" (29 septembre 2015)