15 avril 2016

20160417 aide aux profs

Sur la page Facebook site dédié à la reconversion des professeurs ("Aide aux profs"), ce message alarmant.

Même sous le ministre Luc Chatel, jamais Aide aux Profs n a été autant contactée depuis 10 ans par autant de profs de collège qui se disent oppresses, écoeurés, épuisés par la réforme en cours.

Plus de 150 professeurs de Lettres Classiques nous ont contactés en vue de démissionner.

Les concours du Capes montrent depuis au moins deux ans que le nombre d admissibles est quasi égal au nombre de postes à pourvoir.

Comment des enseignants qui n ont pas le niveau de leurs aînés recrutés avec bien plus de sélectivité vont-ils réellement pouvoir dans la sérénité apporter à toute une génération le soutien dont elle a besoin ?

Le député Reiss a ici un discours de vérité confirmé par ce que nous constatons qui émane de toutes les académies sans exceptions.

Nous avons même été contactés par des personnels administratifs d une grande académie qui se disent oppresses eux aussi par des directives incessantes et dictatoriales leur imposant un rythme de travail infernal pour arriver à former tous les enseignants de collège pour une réforme que l'on présente comme une réussite et dont on s'empressera de glisser sous le tapis des échecs et des fiascos tous les effets négatifs entre septembre 2016 et mai 2017 au moins.

Les enseignants qui contactent Aide aux Profs de toute la France présentent à 1% près la même proportion démographique de chaque académie comme l'a montré une récente étude de Master réalisée sous la direction d'Agnès Van Zanten.

La police conduite à marche forcée sur la réforme du collège va à l'opposé de l objectif de redonner de l'attractivité au métier d'enseignant.

Pour contrer les effets dévastateurs de cette réforme du collège Aide aux Profs a organisé son 3e colloque sur les compétences que développent les enseignants dans leurs pratiques professionnelles et qui font d'eux des professionnels de plus en plus polyvalents et adaptables dans de nombreux métiers hors éducation nationale.

Il devient évident qu'avec des réformes comme celle là nous aboutirons dans quelques années à un vaste rajeunissement du corps enseignant entre des départs massifs à la retraite (65% des profs sur la période 2016-2026) puisque la volonté de l'éducation nationale pour réduire ses coûts et accroître le taux de remplacement des enseignants absents est d'augmenter de plus en plus la part des contractuels, corvéables à merci.



Portrait de Minerve
Minerve a répondu au sujet : #1091 il y a 1 an 1 semaine
Voici un texte qu'il faudrait pouvoir transmettre systématiquement à tous les élus et à tous les journaux. Peut-être finiront-ils un jour par prendre la mesure du drame qui se noue. Démissionner n'est pas une décision qu'on prend à la légère, surtout quand il s'agit d'un métier demandant un investissement personnel aussi grand. C'est un véritable signal que nos autorités n'entendent pourtant pas - une seule association a été reçue. Je suppose que la situation n'est pas meilleure pour les collègues de langues vivantes, d'allemand notamment.
Comme je comprends la démarche de ces collègues ! La volonté de démissionner a été ma première réaction au lendemain de la suppression annoncée du latin et du grec; puis la colère a pris le dessus, et l'envie de croire qu'on pouvait sauver l'Ecole de la République. Mais j'ai la chance que ces enseignements, quoique fortement tronqués bien sûr, soient maintenus dans mon collège, grâce au soutien de toute l'équipe pédagogique et des parents, et à la volonté de la direction.
Je connais plusieurs collègues (pas seulement en Lettres classiques) qui ont hâté leur départ à la retraite par refus d'une réforme et d'un discours qui nient tout ce en quoi ils croient - et le moins qu'on puisse dire, malgré les discours de certains, est que ces collègues sont tout sauf "réactionnaires"! C'est justement parce que nous voulons promouvoir l'égalité des chances grâce à l'éducation, que nous poursuivons notre combat !