30 octobre 2015

Dans "Le Figaro" : "Grogne contre l'étude au collège du latin médiéval"

Grogne contre l'étude au collège du latin médiéval

 

LES NOUVEAUX programmes de latin au collège figurant parmi les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) proposent des thématiques « langues et cultures de l'Antiquité » qui laissent perplexes les professeurs. Si, en troisième, le ministère promeut un classique travail autour des mythes et leur rôle dans la littérature, il s'agira en cinquième d'effectuer des « recherches sur l'utilisation du latin au Moyen Age » ou en quatrième de « décrypter des textes latins du Moyen Age au XVIIIe siècle (religion, sciences et philosophie) ».

« C'est complètement hallucinant ! Cela démontre l'incompétence du Conseil supérieur des programmes », s'insurge. Robert Delord, professeur de collège dans la Drôme et membre du collectif de latinistes Arrête ton char.

Ce qui accroche les élèves, explique-t-il, ce sont les grandes figures héroïques de la République, les empereurs, les combats de gladiateurs. Avec ce latin du Moyen Âge, « on s'enferme dans une spécialité universitaire très pointue à laquelle très peu de collègues sont formés, sauf quelques thésards. Les professeurs sont formés au latin de César et de Cicéron. Pas à celui d'Érasme ! »

Si les EPI promeuvent le latin du Moyen Âge, c'est en réalité pour des raisons pratiques : les enseignements interdisciplinaires doivent coller au programme d'histoire du collège. Or l'Antiquité n'est pas au programme, contrairement au Moyen Âge ! Bref, un vrai casse-tête en perspective pour les professeurs.

 

M.-E. P.