17 septembre 2015

"L'Express" : "Réforme du collège: pour ou contre?"

Extrait :

3/ Le latin

Le principe. Le latin disparaît comme option mais est intégré comme enseigement de complément dans un EPI dérogatoire "Langues et cultures de l'Antiquité". Les élèves auraient le choix de suivre cet EPI de la 5e à la 3e, mais aussi de le commencer ou de l'arrêter au cours de leurs scolarité au collège. 

Les points positifs. D'après les pro-réforme, cette décision va dans le bon sens car le latin ne serait choisi que par les élèves les plus favorisés socialement. Ce serait donc une discipline élitiste qui, intégrée dans un EPI, deviendrait accessible à plus de collégiens.

Les points négatifs. Pour les anti-réforme le sort réservé au latin par le ministère est rapidement devenu un casus belli à lui tout seul, obligeant le ministère a plusieurs allers et retours pour préciser les contours de l'enseignement du latin après 2016. Mercredi 13 mai, Najat Vallaud-Belkacem a finalement demandé au président du Conseil supérieur des programmes de se pencher sur l'enseignement du latin et du grec.  

Mais les collectifs qui se sont constitués pour défendre cette matière, et les professeurs qui l'enseignent, restent mobilisés. Pour la pupart des détracteurs de la réforme, la disparition du latin comme option et des filières européennes et bilangues est perçue comme une attaque contre l'excellence, au profit d'un nivellement par le bas