23 mai 2015

Bruno Dewaele sur son blog de "La Voix du Nord" : "Réforme du collège : nous sommes tous des latinistes !"

 

Réforme du collège : nous sommes tous des latinistes !

D'aucuns, pour relativiser une éventuelle marginalisation des langues anciennes dans l'école de demain, ont ouvertement douté de la place qu'elles pouvaient tenir dans le monde d'aujourd'hui. Réponse ci-dessous.

C'est toujours pareil avec l'Éducation nationale : on proclame urbi et orbi que l'on ne proposera pas une énième réforme (errare humanum est, perseverare diabolicum !) et un beau matin, in extremis, on en sort une de son chapeau. C'est que, nous assène-t-on ex abrupto, c'est la condition sine qua non pour sortir de l'ornière un enseignement in articulo mortis : comment se complaire dans le statu quo quand, grosso modo, le classement Pisa fait de nos chères têtes blondes des minus habens ? D'autant que tout ça n'est pas gratis pro Deo... Alors alea jacta est : on nous explique, dans un discours ex cathedra, que l'on a trouvé le moyen ad hoc pour remonter la pente. Il faut dire que cette fois a planché sur la question le nec plus ultra de la pédagogie hexagonale : des quidams qui, a priori, n'ont qu'une expérience limitée du terrain mais qui, a posteriori, en parlent comme personne.

« Plaidoyer pro domo ! », s'indigne alors l'opposition qui, avant même d'avoir lu le projet in extenso, crie au casus belli et met son veto. Celle-ci n'a plus, stricto sensu, qu'une obsession : envoyer ad patres un texte bâti ex nihilo et sans concertation aucune, ainsi que son auteur, devenu persona non grata, même s'il est clair qu'il n'a pas agi motu proprio. Si nécessaire en recourant – horresco referens ! – à des arguments ad hominem. En en appelant, aussi, au vulgum pecus et à la rue : de facto, la vox populi n'est-elle pas la vox Dei ? Le referendum, après tout, n'est pas fait pour les chiens...

Que le ministre sache, de plus, qu'il serait vain d'attendre le soutien d'un quelconque alter ego, a fortiori de ses devanciers rue de Grenelle. Surtout s'ils appartiennent au même camp : qui bene amat, bene castigat !

Tout espoir de modus vivendi étant à écarter, le pouvoir se trouve alors placé devant un dilemme : imposer manu militari son projet de loi ou, nolens volens, l'ajourner sine die, après avoir fait son mea culpa. Mais, quoi qu'il fasse, il sait déjà qu'in fine, cet épisode restera comme l'annus horribilis du mandat. Le faux pas qui lui vaudra de se retrouver dans l'opposition dès les échéances suivantes. Acta est fabula. Ite, missa est !

Vous avez dit langue morte ?