17 mai 2015

Le JDD : "Je suis prof de français, plus jamais je ne voterai PS"

 

Extrait :

Langues anciennes

"Je pourrais porter symboliquement un brassard noir…", ironise Isabelle Woydyllo, prof de lettres classiques. Mardi, jour de grève, elle arpentera la Sicile avec ses élèves, un voyage d'études "à la croisée des civilisations". Loin des images caricaturales, du vieux prof marmonnant des "Rosa, rosa, rosam" face à une seule élève! Les concessions du gouvernement – un EPI "Langues et Cultures de l'Antiquité" et des enseignements de complément de latin et de grec – ne la rassurent pas : "Un chef d'établissement a déjà tenté de réduire mes heures de latin. J'ai pu m'y opposer en rappelant que c'était une option, avec des horaires ­nationaux dédiés aux langues anciennes. Demain, ce ne sera plus le cas." Aurélien Gavois, professeur à Saint-Denis, partage cette analyse : "Les langues anciennes ne seront plus considérées comme des disciplines. En 2016, la mise en place de l'EPI dépendra du chef d'établissement. Et il faudra négocier avec les collègues pour pouvoir enseigner les heures de complément…" À leurs yeux, la bataille n'est pas gagnée…