18 mai 2015

Dans "Le Figaro" : "EPI, latin, histoire : l'ABCD de la réforme du collège"

Extrait :

La fin des langues anciennes?

De toutes les mesures annoncées, c'est sans doute celle-qui fait le plus polémique: la suppression du latin et du grec en tant qu'options.

Aujourd'hui:

Au collège, l'option latin était offerte depuis la rentrée 1996 aux élèves à partir de la cinquième: l'étude du latin s'était stabilisée autour de 20% d'élèves au début des années 2000, mais est en baisse depuis 2006 pour atteindre seulement 18% en 2013, avec une érosion de plus en plus significative tout au long du collège. Ils ne sont plus que 15% à continuer cette matière en troisième.En tout plus d'un demi million d'élèves apprennent le latin. Quant au grec, seuls 2.2 % des élèves choisissent cette option facultative en troisième.

Ce que la réforme propose:

La réforme propose de remplacer les «options grec et latin», jugées trop «minoritaires», par une «initiation aux langues anciennes» au sein du français (dont les heures ont pourtant été réduites à peau de chagrin), et par une intégration du grec et du latin à un EPI «Langues et cultures de l'Antiquité», module obligatoire optionnel. Face à la pluie de critiques, la ministre a lâché du lest fin mars en proposant d'ajouter un «enseignement de complément» pour les élèves désireux d'approfondir l'apprentissage du latin. Mais même les élèves les plus motivés verront le volume horaire dévolu à cette discipline réduit de moitié.

Les critiques:

Les critiques dénoncent un enseignement aux contours bien flous, sans financement ni grille horaire spécifique, qui dépendra du bon vouloir des établissements. Au final, c'est bien la disparition du latin et de grec en tant que disciplines à part entière qui se profile.