10 juin 2015

Christophe Ono-dit-Biot : "Latin-grec, ce qu'on leur doit"

Pour les abonnés du "Point", Roger-Pol Droit : http://www.lepoint.fr/societe/latin-grec-ce-qu-on-leur-doit-11-06-2015-1935521_23.php

Claude Lelièvre, inlassable promoteur, en matière d’éducation, de l’action ministérielle de l’actuelle majorité, vient d'enfoncer le clou – avec toujours la même obstination – à propos des langues anciennes.

L’historien de l’éducation explique en effet comment De Gaulle s’est trouvé « en butte à deux conservateurs », Georges Pompidou et François Bayrou… ministre de l’Éducation un quart de siècle après sa présidence ! Contre le progressisme supposé de De Gaulle, deux « agrégés de lettres classiques » opposés à la démocratisation du collège et usant pour cela, respectivement en 1969 et en 1993, d’une arme redoutable : le latin !

Lire la suite

8 juin 2015

Claude Lelièvre, sur son blog de "Mediapart", revient sur l'histoire de l'enseignement du latin : "Collège: De Gaulle en butte à deux conservateurs, Pompidou puis Bayrou"

Madame la Ministre (et ses conseillers)

Je doute que ma prose parvienne jusqu’à vous, et je sais que vous n’en tiendriez aucun compte si c’était le cas, mais j’ai besoin de vider mon sac. Je suis professeur d’histoire-géographie, affectée cette année dans deux collèges.

J’achève l’année avec une sensation d’amertume et d’intense fatigue. Lire la suite

27 mai 2015

Sur le blog "Mediapart" de Mireille Ko : "Lettre ouverte à Mme la Ministre de l'Education Nationale"

La ministre de l’Éducation a cru bon de rappeler, mercredi 20 mai 2015, à ceux pour qui la publication du décret sur le collège 2016 au lendemain d’une journée de mobilisation nationale des enseignants était une provocation, « les règles de la démocratie ».

22 mai 2015

Christian Rioux apporte un regard étranger salutaire sur la réforme dans "Le Devoir" (Québec) : "La fin d’un modèle ?"

22 mai 2015

Communiqué commun de l’A.P.H.G. et de la SOPHAU (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie / Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université) : "Une ambition légitime pour notre école aujourd’hui : enseigner les Humanités"