16 juin 2015

Une tribune dans "Libération" de Michèle RIOT-SARCEY historienne , Claudia MOATTI historienne et Nicole EDELMAN historienne : "Une réforme à repenser !"

 

Extrait :

Dans ce dispositif, marqué par une conception utilitariste du savoir, où l’enseignant deviendrait un simple animateur pédagogique, la connaissance de l’Antiquité aura du mal à trouver sa place. Bien plus, l’abandon des langues anciennes est programmé, alors que leur apprentissage serait plus que jamais indispensable pour améliorer la maîtrise de la langue française et lui assurer un futur créatif. Qu’il s’agisse du latin et du grec ou du principe de deux langues pour tous, la réforme va renforcer le rôle des familles et donc accroître les inégalités entre les enfants.