30 septembre 2018

Première réaction du ministre depuis les alertes lancées à la parution des arrêtés en juillet (à commencer par ici, dans "Avenir latin grec") dans le "Journal du dimanche" : "Blanquer : "Le latin et le grec seront les deux seules options qui rapporteront des points bonus dans le nouveau bac"

Blanquer : "Le latin et le grec seront les deux seules options qui rapporteront des points bonus dans le nouveau bac"

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, répond aux inquiétudes exprimées ces dernières semaines par les professeurs de lettres classiques.

 

Extraits.

 

"Il n'y a aucune inquiétude à avoir." C'est en ces termes que Jean-Michel Blanquer répond aux inquiétudes des enseignants. Notamment à ceux de latin et de grec. Dans cette interview au JDD, le ministre de l'Education assure qu'il n'y aura "pas de régression, mais des progrès". Concernant la réforme du bac, il annonce que "le latin et le grec seront pris en compte dans la note de contrôle continu et seront, en plus, les deux seules options qui rapporteront des points bonus dans le nouveau baccalauréat". Coefficient trois.

 

La réforme du lycée inquiète beaucoup les enseignants. Allez-vous revoir votre copie?
Il n’y a aucune inquiétude à avoir. Depuis mon arrivée, nous menons au contraire une politique extrêmement volontariste. Car ce qui se joue avec les langues anciennes, c’est notre capacité à avoir des racines et des ailes. Le latin et le grec sont la sève de notre langue. Nous devons les cultiver, et les considérer, non pas comme des langues mortes, mais comme l’essence vitale de notre langue. C’est un enjeu majeur de civilisation.

[…]

 

Mais avec la réforme du bac, le coefficient trois de l’option latin disparaît, ce qui peut démotiver les élèves.
Ces inquiétudes n’ont pas de fondement. Le latin et le grec seront pris en compte dans la note de contrôle continu et seront, en plus, les deux seules options qui rapporteront des points bonus dans le nouveau baccalauréat. Les points obtenus au-dessus de dix en première et terminale compteront, pour un coefficient trois, en plus du total des notes qui entrent dans le calcul final. C’est un avantage comparatif unique pour ces disciplines que j’assume pleinement. En ce début de XXIe siècle, nous devons avoir un renouvellement complet du latin et du grec, aussi bien par une hausse du nombre d’élèves concernés, que par un approfondissement pour ceux qui choisissent ces matières.

A lire : notre analyse de ce recul très modéré en réalité.