29 août 2018

20180829 blanquer

A l'occasion de la conférence de rentrée, Jean-Michel Blanquer a livré cette information : 90% des collèges proposent du latin ou du grec ancien dont 33% « dans un volume horaire supérieur », un taux améliorable selon le ministre.

Pour le dire en termes moins euphémistiques, la réforme de collège 2016 de la majorité précédente (à peine modifiée par l'actuelle majorité) a permis de réduire - plus ou moins grandement selon les collèges - le volume horaire de latin et de grec ancien dans 2/3 des collèges. Le nombre d'heures perdues ou le nombre d'équivalents temps plein perdus ne sont pas communiqués.

L'horaire d'une option de latin était, jusqu'en 2015-16, de 2h (5e) ou 3h (4e-3e) par semaine, soit 8h dans la dotation d'un collège (certains proposant plusieurs sections). Le grec ancien n'était proposé qu'en 3e (3h). Nous ne connaissons pas l'horaire moyen actuel, mais on peut estimer, sur la base de l'information révélée par le ministre, que, pour chaque heure de moins par semaine, dans ces 4700 collèges, ce sont l'équivalent de 4700 heures qui sont perdues et 260 postes de certifiés qui sont économisés.

S'agissant du lycée, le ministre n'a donné aucune information sur la quasi-disparition des options dans le nouveau baccalauréat.